Changer le courant des choses (chantier ligne 50)

chantiers/projets
// 9 août 2016

Il n’a certainement pas échappé aux clients de la ligne 50 que la section vers Arlon via Kleinbettingen était barrée à intervalles réguliers. À l’avenir aussi, cette ligne appréciée des navetteurs devra être barrée à plusieurs reprises.

La raison en sont les travaux nécessaires à la conversion du réseau électrique de la ligne 50 : d’un courant continu 3.000 volts à un courant alternatif 25.000 volts.

La ligne ferroviaire 50 est la seule ligne du Luxembourg sur laquelle circulent des trains en 3.000 volts courant continu. Cette situation remonte à un temps où le petit Grand-Duché du Luxembourg s’est adapté, en termes de tension, à son grand voisin la Belgique. Depuis les années 50 les trains à traction électrique circulent en Belgique avec une tension de 3.000 volts courant continu. Pour assurer l’alimentation en courant électrique de la ligne 50 reliant Luxembourg à Arlon via Kleinbettingen, on a tenu compte de ce standard belge – avec toutes les conséquences qui découlent de ce système pour le matériel roulant et les rails.

Les trains qui ne correspondent pas au standard de tension de 3.000 volts ne peuvent pas rouler sur la dite ligne vers Arlon. Dans la gare centrale de Luxembourg, des conditions spéciales ont dû être créées pour recevoir les trains venant d’Arlon. De ce fait, ces trains ne peuvent entrer que sur les voies le long des quais 1, 2, 3 ou 4, car seules celles-ci peuvent être alimentées avec le type de courant requis.

Pourquoi cette conversion ?

En Europe, on s’efforce depuis un certain temps d’assurer l’interopérabilité dans le secteur ferroviaire. Concrètement, cela veut dire qu’en Europe les conditions doivent être créées pour permettre aux entreprises ferroviaires, dans les domaines tant du fret que du transport public, de circuler sur des réseaux ferroviaires étrangers. Jusqu’alors cela n’était possible que par l’utilisation de véhicules pouvant fonctionner avec des tensions de courant différentes.

À la fin des travaux, le standard de tension correspondra à celui existant déjà dans certaines parties de la Belgique et de la France. De plus, après les travaux sur la ligne 50, chaque train circulera avec une tension alternative de 25.000 volts. Par conséquent le matériel roulant ne devra correspondre qu’à un seul standard ; il en est de même pour la formation continue et le perfectionnement professionnel, les infrastructures de caténaire ainsi que pour les pièces de maintenance et de rechange. Grâce à la tension uniforme, les voies à l’intérieur de la gare centrale de Luxembourg pourront être utilisées de manière plus flexible. Les trains venant d’Arlon ne pouvaient entrer que sur les voies des quais 1, 2,3 et 4. Après les travaux, la gare centrale pourra donc être utilisée encore mieux et de manière plus flexible, ce qui représente une garantie importante en termes de ponctualité.

Que faudra-t-il faire ?

Vu la nature des nouvelles lignes de contact, elles doivent être reconstituées de fond en comble. Afin de ne pas retarder inutilement la circulation des trains venant de et en direction d’Arlon, les travaux seront réalisés en plusieurs phases.

La ligne de Luxembourg à Kleinbettingen sera interrompue pour trois semaines et demie, du 20 août au 14 septembre 2016. Pendant cette coupure complète, des  fondations seront construites pour les nouveaux poteaux de caténaires, faisant suite aux travaux déjà réalisés lors de la dernière interruption du trafic. En tout,  1.200 fondations doivent être réalisées à cette fin jusqu’en mars 2017.

En outre, le passage du courant continu au courant alternatif amène plusieurs changements importants tels que l’allongement de la distance d’isolation requise. Afin d’assurer celle-ci, quelques ouvrages le long de la ligne ont dû être adaptés pour garantir la sécurité des personnes et du matériel.

C’est en ce sens que trois ponts, plus précisément les ponts aux arrêts de Mamer-Lycée, Mamer-Gare et Kleinbettingen, seront exhaussés pour correspondre aux conditions strictes de sécurité – une distance minimale de 6,5 mètres entre le bord supérieur de la voie et le bord inférieur du tablier de pont.

À Mamer, la hauteur de l’exhaussement dépasse même 1 mètre. Afin de tenir compte de ce fait, à l’exhaussement du tablier de pont s’ajoutera un abaissement de la voie ferroviaire à cet endroit.

Afin de pouvoir profiter pleinement de la coupure de trois semaines et demie, des travaux de rénovation à l’arrêt de Kleinbettingen seront également réalisés dans cette période. Ils doivent être achevés début 2018.

Que se passera-t-il après ?

Jusqu’à fin 2016 :

  • Travaux d’adaptation (distance d’isolation) aux ponts de Mamer-Lycée, Mamer et Kleinbettingen

De 2017 à 2019 :

  • Achèvement des fondations des caténaires (jusqu’en mars 2017)
  • Mise en place des nouveaux poteaux de caténaires
  • Mise en place des postes de commutation sur la ligne de Luxembourg à Kleinbettingen ainsi que dans la gare centrale de Luxembourg
  • Démolition des installations existantes de courant continu 3.000 volts
  • Mise en place de la nouvelle ligne de contact en courant alternatif 25.000 volts
  • Travaux de dernière mise au point des nouvelles installations de courant alternatif

La ligne 50: un cas unique

Dans l’univers ferroviaire du Luxembourg, on peut à raison désigner la ligne 50 de Luxembourg à Arlon via Kleinbettingen comme un cas unique. Ainsi, il n’a peut-être pas échappé aux voyageurs qui aiment regarder à travers les fenêtres pendant leur voyage que les trains sur cette ligne, à l’encontre de toutes les autres lignes au Luxembourg, circulent toujours sur la voie de gauche. Cela n’est qu’une des nombreuses particularités de la liaison ferroviaire longue de 18,765 kilomètres qui relie Luxembourg-ville à l’ouest du Grand-duché.

#workingforyou